Nabil Moudni : Pâtissier Franco-Marocain

« Troisième meilleur pâtissier du monde»

Le sucre et la glace, deux principaux ingrédients qui caractérisent les œuvres du chef Nabil Moudni.  Le chef ne savait pas que la pâtisserie et la sculpture allaient être sa destinée. C’est à la fin des années 90 qu’il s’est lancé dans l’hôtellerie à la suite d’un coup de foudre pour une préparation d’un gâteau « Un ami le préparait devant moi. J’étais fasciné. J’ai arrêté le lycée. Et j’ai intégré une école hôtelière. »

Ses débuts

Une nouvelle aventure commence pour Nabil Moudni qui vient à peine de découvrir sa passion : la pâtisserie. Il a été formé par d’excellents chefs marocains du milieu professionnel. Ce qui a d’ailleurs porté ses fruits, car des années plus tard, il est devenu le chef d’une pâtisserie renommée dans son pays natal.

Il quitte le Maroc quelque temps après pour la France. Un voyage qui lui a permis de s’intégrer dans un nouvel environnement et de réveiller son talent de sculpteur sur glace. Mais également, d’adapter ses créations aux goûts de sa clientèle » Les Marmandais sont très chocolat et croustillant. Ils ont un peu plus de mal avec les fruits. «

Un pâtissier créatif

Sa carrière en France

Ses Inspirations

« Allier le beau et le moderne au bon, avoir une créativité sans limite. Utiliser de nouvelles techniques, de nouveaux produits, de nouvelles formes, mais aussi apporter une touche de modernité aux recettes traditionnelles. »

Sa Recette Phare  « Le flan mais également les éclairs.

Ses Produits Phares« La Pâte de Pistache Pure Kerman d’Iran 100% cresco pour les glaces pistache, les éclairs et les biscuits, on obtient une belle couleur et un bon goût après cuisson. L’Extrait de Vanille Tahitensis et les Gousses de Vanille Tahitentis Sébalcé qui parfument très bien mes flans.

Derrière L’Italie et le Japon sur 22 pays participants, Nabil Moudni remporte la troisième place du meilleur pâtissier au monde lors du SHIRAH (le salon mondial de l’hôtellerie, de la restauration et des métiers de bouche) dernièrement à Lyon. Notre chef ne s’en est pas suffi, il vise aujourd’hui la première place et espère un jour ramener le titre en France qui peine depuis 2 ans à l’avoir.

 Source   

Sudouestfrance

Condifa

lemarocquejadore